Turquie : la Production Automobile et la Logistique Véhicules
Logistique Véhicules
|
|
|
|
 

 

 

L'automobile est un secteur particulièrement important et dynamique en Turquie. Il compte 15 constructeurs (plus d’un million de véhicules fabriqués en 2008) et plus d'un millier d'équipementiers. Cette activité représentait en 2006 le premier poste d'exportations du pays et le premier poste d'échange entre la France et la Turquie (25%).

 

Evolution du marché automobile turc : Chiffres clés

- Capacité de production automobile : 1.2 Million de véhicules / an en 2007
- Croissance de la production automobile :
o 2005 / 2004 : 7%
o 2006 / 2005 : 12%
o 2007 / 2006 : 11%
- Le plus grand fabricant de bus en Europe
- Le 3ème plus grand fabricant européen de véhicules commerciaux et de camions
- Le 6ème constructeur automobile en Europe
- L’automobile représente le 1er produit d’exportation turc

Sources : TAYSAD (Association des équipementiers automobiles de Turquie) et OSD (Association des constructeurs automobiles de Turquie)

 
 

Croissance de la production automobile turque

La production automobile turque a subi une forte croissance depuis 2005.

Selon l’OICA (International Organization of Motor Vehicle Manufacturers), la production automobile totale turque a augmenté de 108 328 véhicules (véhicules particuliers et industriels confondus) entre 2005 et 2006, passant ainsi de 879 452 à 987 780 véhicules produits par an et malgré un placement à la 24ème place des pays constructeurs, sa production a augmenté de 25% entre 2005 et 2007.

Cette croissance n’est pas sans poser de problème. En 2006, la Turquie atteignait 81% de sa capacité de production (Source : ECG Octobre 2007). Le pays était alors confronté à un problème structurel d’adéquation des infrastructures (ports, routes..) et des moyens de transport permettant de répondre à un tel niveau de production.

Un engorgement croissant de la Turquie

En 2008 la Turquie exporte 70 % de sa production automobile (cinq fois plus que cinq ans plus tôt), cela lui permet ainsi de dégager un excédent commercial sur le poste automobile. La production automobile représente pour ce pays le deuxième secteur d’activité derrière le tourisme, ce qui encourage les autorités turques à essayer d’attirer les constructeurs automobiles.

Implantation des constructeurs automobiles

Sur le plan géographique, les équipementiers automobiles se concentrent principalement dans la région de Marmara, notamment à Bursa où l’on trouve deux unités de production automobile (Fiat, Renault) et deux zones industrielles dédiées. Les autres sites de production sont situés à Istanbul, Izmir, Kocaeli, Ankara, Konya, Adana et Manisa.

Unités produites par constructeur en 2008 en Turquie (tous types de véhicules confondus):

- RENAULT OYAK : 286 695
- FORD OTOSAN : 268 761
- TOFAS (FIAT) : 183 777
- TOYOTA : 126 596
- HYUNDAI ASSAN : 80 960
- HONDA TURKIYE : 50 065
- MERCEDEZ BENZ TURK : 20 317
- ISUZU ANADOLU : 6 289
- OTOYOL (IVECO) : 578

Source : http://oica.net/

D’autres constructeurs implantés en Turquie produisent environ 55 000 unités par an : UZEL, KARSAN, BMC, TEMSA, OTOKAR, MAN TURKIYE et ASKAM.

Infrastructure

- Les ports
La Turquie compte plus de 8000 km de côtes sur 4 mers (Mer Noire, l'Egée, la Méditerranée et la Mer de Marmara). N'étant pas un pays de tradition maritime, la Turquie ne dispose pas de ports avec des infrastructures adéquates à une telle explosion de production automobile (zones de chargement / déchargement, entrepôt sous douane, zones de transit, etc.).
Les principaux ports du pays sont Istanbul, Izmir, Gemlik et Mersin. La Turquie est au 17° rang mondial des flottes commerciales avec 150 ports de commerce et une capacité de transport de 120 millions de tonnes de fret par an.
Les ports du pays sont exploités par l'Etat et gérés par les sociétés étatiques T.D.I (Türkiye Denizcilik Isletmeleri) et T.C.D.D (Tûrkiye Cumhuriyeti Devlet Demir Yollari).
(Source : http://www.septimanie-export.com/fr/fiches-pays/turquie/acces-au-marche)

- Les routes
Le réseau routier turc se compose de 60.000 km de routes (asphaltées à plus de 80%), dont plus de 1500 km d'autoroutes. D'après les estimations du Ministère des Transports turc, 76% du transport de marchandises emprunte la route. Ces dix dernières années, le gouvernement a lancé de vastes programmes d'investissements en vue d'améliorer le réseau routier. La création de plusieurs tronçons est ainsi en projet : Ankara-Pozanti, Pozanti-Tarsus, Gaziantep-Sanliurfa et Bursa-Izmir, avec l'aide de la Banque Mondiale.
La principale autoroute du pays relie Ankara à Istanbul, puis est prolongée jusqu'à Edirne, à la frontière grecque. Près de 90% du trafic de marchandises et 95% du trafic de passagers se réalise par la route. Depuis 1993, la Turquie applique la convention CMR.

- Le train
La Turquie ne compte pas avec un ferroviaire très développé. En 2006, le réseau se réduisait à une seule ligne de 263 km entre Istanbul et la frontière Bulgare. (Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Transport_ferroviaire_en_Turquie)

Actuellement, la Commission européenne indique que la compagnie d’Etat turque possède un monopole empêchant le développement du marché ferroviaire et enregistre de fortes pertes. L’infrastructure doit par ailleurs être modernisée pour assurer la bonne compatibilité avec le réseau européen. La Turquie doit adopter la nouvelle loi sur les chemins de fer élaborée en 2008, mais la démarche semble plus longue et lente que prévue.
(Source :http://europa.eu/legislation_summaries/enlargement/ongoing_enlargement/community_acquis_turkey)

Cependant, récemment en 2009, il a été remarqué la volonté de la direction générale des chemins de fer turcs (TCDD) de modernisation des infrastructures ferroviaires passant par une augmentation de la capacité de transport ainsi que par le développement d’un réseau de communications fiable.

 

Mentions légales